L'éducation en questions - Vol 5



1. "À quoi servent les manuels scolaires ?"… Comenius (1592-1670)
Avant l'encyclopédie, Comenuis, protestant fidèle à l'enseignement de Luther qui voulait mettre à disposition de tous le maximun de savoirs possibles, imagine un gigantesque ouvrage: La grande Didactique. Ce manuel immense se propose de permettre aux enfants d'accéder aux savoirs de manière progressive et exhaustive (contrairement à ce qui se passe dans la vie) Il comprend même une partie "La porte des langues" qui doit permettre d'apprendre toutes les langues étrangères selon une progression absolument rigoureuse. Il s'agira notamment d'évaluer aujourd'hui les avantages du manuel scolaire par rapport à l'apprentissage par immersion...

2. "L'école maternelle française : une réussite exceptionnelle ?"… Pauline Kergomard (1838-1952)
Inspectrice générale des écoles maternelles de 1881 à 1917, première femme à être élue au Conseil Supérieur de l'Instruction Publique, Pauline Kergomard joue un rôle essentiel dans la transformation officielle des objectifs et des activités que sur celui des pratiques dans les classes. Avec, notamment, son plaidoyer en faveur du jeu libre et son existance sur la connaissance nécessaire de l'enfant et de son milieu de vie, elle a insisté sur la connaissance nécessaire de l'enfant et de son milieu de vie, elle a participé à la fondation d'une "école" que beaucoup de pays nous envient. Quelles sont donc aujourd'hui les spécificités de l'école maternelle française? Sont-elles menacée par une sorte de "secondarisation"? Quel est son avenir?

3."Le travail manuel est-il nécessaire à la formation ? "... Georg Kerchensteiner (1854-1932)
A l'origine, en Allemagne, de la formation par "l'apprentissage", le pédagogue Kerchensteiner pensait que le contact avec les métiers, le travail manuel, la formation professionnelle devaient faire partie de la formation de tout homme afin que celui-ci ne soit pas "amputé de sa main" et qu'il intègre un certain nombre de valeurs-clés. A l'heure où encore pour beaucoup, parents, adolescents voire enseignants, l'orientation vers l'enseignement professionnel est souvent considéré comme un échec, la pédagogie de Kerchensteiner montre la nécessité de revaloriser l'enseignement technologique. A travers l'exemple de la formation dispensée par les Compagnons du devoir, le film évoque cette pédagogie.

4. "L'école doit-elle délivrer l'enfant de ses parents ?"… Alain (1868-1951)
Philosophe, enseignant, essayiste, Alain est l'auteur des "Propos sur l'éducation". Il croit fermement au pouvoir de celle-ci à condition qu'elle s'appuie sur la rigueur et fasse appel a la volonté et a l'effort. Postulant que l'élève vise au "difficile" et non à "l'agréable", Alain invite les enseignants à prendre une certaine distance et à demeurer impassible afin d'être le mieux aptes à comprendre et à instruire. Tout comme Montaigne, il considère que la famille instruit mal et même élève mal parce qu'il ne faut point mêler l'affection dans l'instruction. Avec Alain, l'on peut ainsi aborder la difficile relation entre l'école et les parents, la place de ceux-ci dans l'institution scolaire.



Additional Info

  • Réalisation  Laurent Boileau, Thierry Kübler, Maurice Ferlet
  • Auteurs  Thierry Kübler, Philippe Meirieu
  • Premieres diffusions 
    France5  
  • Partenariat et Coproduction 
    CNC  
  • Durée  52'
  • Année de production  2001
  • Distribution 
    Mosaique Films  
  • Version  V.Française