L'éducation en questions - Vol 4



1. "Peut-on faire une école sur mesure pour chacun ?"… Edouard Claparède (1873-1940)
Nè à Genéve en 1873, Edouard Claparède appartient à cette génération pour qui à la fin du XIXème siècle le terme de psychologie change de sens. S'intéressant à la diversité des qualités individuelles, le médecin Claparède fait également des recherches sur les examens, sur les aptitudes et sur les modes d'organisation de l'enseignement qui permettront d'aboutir, selon le titre d'un de ses livre à une "école sur mesure". Se pose a travers cette pensée sur l'école la question de l'individualisation de l'éducation. Cette question est aujourd'hui particulièrement d'actualité, dans tous les domaines, de l'école maternelle à la formation professionnelle.

2. "A quoi sert le travail de groupe?"… Roger Cousinet (1881-1973)
Imprégné de la "pédagogie de la liberté" de Tolstoï, Roger Cousinet devient inspecteur de l'enseignement primaire en 1909. De cette place, il suit des expériences pédagogiques dans de nombreuses classes et en tire de multiples enseignements. Dans son livre publié en 1950, La vie sociale des enfants. Essai de sociologie enfantine, il marque son intérêt pour la question de la socialisation des enfants. Selon lui, l'intérêt de l'école c'est que des enfants s'y rencontre. Dans la cour de récréation se constitue une véritable société enfantine. Malheureusement, en classe, on n'en tient généralement pas compte et, pourtant, si le besoin de socialisation est trés fort chez l'enfant, un apprentissage de la vie sociale est nécessaire... De plus, Cousinet pense que c'est seulement dans le travail en groupe et le débat entre les élèves que s'éffectuent les véritables apprentissages. Mais à quelles conditions ce travail est -il efficace?

3. "La méthode globale d'apprentissage de la lecture est-elle encore défendable ?"… Ovide Decroly (1871-1932)
Né a Renaix en Belgique, Ovide Decroly a été l'un des plus grands inspirateurs de l'éducation nouvelle. A 30 ans, en 1901, avec l'aide de son épouse, il accueille dans sa propre demeure 25 enfants "anormaux" créant pour eux son premier institut d'enseignement spécial. Passionné de psychologie, il mène un travail trés poussé sur les attitudes et les besoins de l'enfant. La méthode globale de l'apprentissage de la lecture dont il est le principal initiateur avec Dottrens part d'une de ses idée essentielles: les enfants perçoivent spontanément des ensembles; c'est seulement par la suite que l'esprit s'attache a certains détails, l'observation permettant l'analyse en éléments. La méthode globale appliquée durant un temps dans le systéme éducatif français est aujourd'hui trés critiquée. Elle est aussi défendue par certains. Il est temps de faire le point dans un débat trés passionnel.

4. "Les bons élèves sont-ils tous des névrosés ?"… Françoise Dolto (1908-1988)
Née dans une famille aisée traditionnelle, Françoise Dolto doit batailler dur pour faire des études de médecine. En 1939, elle achève sa thèse intitulée "Psychanalyse et pédiatre". Proche de Lacan, elle se caractérise par une qualité d'écoute des enfants hors du commun. "Médecin d'éducation", formule par laquelle elle aime se définir et qui intégre son désir de soigner les enfants et celui de soigner l'éducation, Françoise Dolto fait de nombreuses propositions pour améliorer le sort de l'enfant qu'elle considére non comme un "objet à éduquer" mais un sujet à écouter et à respecter. Son "respect" de l'enfant est tel qu'elle en vient à penser que la réussite scolaire impose souvent des corrections incompatibles avec le développement harmonieux de la personne. D'où son apostrophe célébre: "tous les bons élèves sont des névrosés".



Image Gallery

{gallery}122{/gallery}

Additional Info

  • Réalisation  Laurent Boileau, Thierry Kübler, Marie Frapin, Maurice Ferlet
  • Auteurs  Thierry Kübler, Philippe Meirieu
  • Premieres diffusions 
    France5  
  • Partenariat et Coproduction 
    CNC  
  • Durée  4 X 13'
  • Année de production  2001
  • Distribution 
    Mosaique Films  
  • Version  V.Française